Pour celles et ceux qui me lisent régulièrement et s’étonnent du peu d’informations professionnelles communiquées à ce jour, il est temps que je me présente :

Je suis une psychothérapeute de 57 ans, suffisamment jeune pour être dans le coup et suffisamment avancée en âge pour fonder ma pratique sur une longue expérience.

Deux filles, deux beaux-enfants, (presque) tous en couple, 6 petits-enfants (et une septième d’ici une semaine…), dont les âges vont du berceau à l’adolescence, tous les ingrédients pour prétendre connaître les joies et les vicissitudes familiales de près.

Une formation d’infirmière en psychiatrie, bonne école pour apprendre à poser des diagnostics et surtout savoir ce qu’il ne faut pas faire !

Je ne vais pas me faire que des amis mais si j’ai opté très tôt pour un grand nombre de formations complémentaires et en particulier de techniques d’outre-Atlantique pour traiter les gens en cabinet privé, c’est que j’ai été terriblement déçue par les résultats en milieu psychiatrique hospitalier.

Il faut bien sûr remettre les faits dans leur contexte et admettre d’une part, que certaines affections ne peuvent être prises en charge qu’en milieu fermé et d’autre part, que la psychothérapie a fait de grands progrès… voire même à l’hôpital ?

Comment, en étant sensible au devenir de ses patients, se contenter de les traiter avec des techniques aussi expérimentales que barbares tels les électrochocs ou de puissants psychotropes et ne pas se remettre en question devant l’absence de résultats ?

Je suis quelqu’un de pragmatique, centrée sur des résultats probants rapides et ce pour une simple et bonne raison : c’est ce que j’ai souhaité pour moi quand il s’est agi de me développer, de traiter mes propres difficultés de vie, bref, de me sentir bien dans ma peau.

Une fois explorées la psychanalyse et la psychothérapie de face à face classique dont je n’entrevoyais pas l’issue et qui me laissaient sur ma faim, j’ai découvert, expérimenté puis appris des techniques de thérapies brèves qui elles, m’ont fait avancer à grands pas.

J’ai saisi les opportunités de travailler avec des professionnels aussi variés que compétents dans leurs domaines et de tirer parti de leurs enseignements.

Je parle ici de Jacques Salomé, Paule Salomon, Lise Bourbeau, Guy Corneau, Jodorowski, les experts en P.N.L (programmation neuro-linguistique) de l’institut Ressources à Bruxelles, Colette Errera, chacun pionnier et expert en son domaine.

Je suis ainsi devenue au fil des années, maître praticienne en P.N.L, formée aux techniques de communication, à la psychogénéalogie, à l’hypnose eriksonienne, au tarot psychologique, à l’accompagnement en fin de vie, au travail de symbolisation et de psycho-magie, au rebirth, le tout convergeant vers une pratique de thérapie brève.

J’ai aussi expérimenté le tantra, la sophrologie, des techniques puissantes de guérisseurs, l’approche énergétique, la tonique mentale, le cri primal,… et bien d’autres choses qui ont contribué à façonner ce que je suis à ce jour.

Ce qui me semble primordial, ce n’est pas d’avoir approché une quantité de techniques et prétendre savoir toucher à tout.

L’essentiel est d’avoir créé mes propres outils, inspirés bien sûr de toutes ces formations, maîtrisés tant intellectuellement qu’en pratique, mais surtout transcendés par une expérimentation personnelle.

L’alchimie obtenue se met au service de ceux qui souhaitent retisser le fil de leur vie en conscience.

Je m’appuie sur quelques principes de base à savoir :

-        Chacun possède les ressources nécessaires à son évolution

-        Chacun peut dire, penser et ressentir : je suis la personne la plus importante sur terre, je mérite le meilleur pour moi

-        Il n’y a pas d’échec, seulement une expérience utile pour le futur

-        Quand quelque chose ne marche pas, on essaie autrement

-        Quoi qu’il arrive, l’humain est capable de résilience, de rebondir

Et je suis juste là pour vous aider à puiser et structurer vos propres forces vives.