Soyez sceptique mais apprenez à écouter.

Cette phrase peut sembler paradoxale si l’on accepte les 4 premiers accords comme une voie que nous trouvons juste, pertinente et que nous désirons donc apprivoiser et suivre.

Est-ce à dire qu’il faut être dans le doute permanent. Se remettre sans cesse en question au point de ne jamais pouvoir prendre de décision ?

Non bien sûr et c’est pour cela qu’il est essentiel d’avoir suffisamment intégré les premiers accords, qu’ils fassent partie de notre fonctionnement, de notre mode de communication au quotidien. Que nous ayons déjà appris à rester centrés sur l’essentiel en ayant enlevé le maximum de filtres, ceux-là mêmes qui sont mis en place par nos croyances.

Ensuite, il s’agira de douter de ce que les mots employés, par vous-même et les autres reflètent. C’est une façon d’arriver à la « vérité », à l’essence et à l’acception inconditionnelle de soi et des autres.

Le doute n’est pas un procédé qui fragilise et fait hésiter. C’est un décodage au-delà des mots qui nous invite sans cesse à aller vers le cœur de l’être.

Si au-delà des individus, les systèmes, les sociétés pouvaient s’approprier ces accords, le monde se centrerait sur l’humanité, l’échange réel, de coeur à cœur.

Imaginons simplement que comme le colibri nous fassions chacun notre part du job…

 

imagesT93BK277